UNE FORMATION TRÈS AXÉE SUR LA PRATIQUE

Avis de MakerFox - Master 1 Droit Public - Université Jean Monnet Saint-Etienne

  • Quel est, selon vous, le principal atout de ce programme ?

    Ce qui fait sa force incontestable, c’est bien sa vocation pratique. Les modules de prépros, rendent ce M1 très axé sur la pratique (ce qui est unique en France). Le stage de longue durée vient compléter ce M1 professionnalisant. Si vous cherchez un M1 Droit Public davantage axé sur la pratique, c’est tout simplement celui-là qu’il faut choisir.


  • Quelle est, selon vous, la principale faiblesse de ce programme ?

    En revanche, le côté théorique constitue sa faiblesse : certains ne bénéficient que d’un volume horaire ridicule (contrats publics, droit de l’environnement), ce qui peut parfois poser des problèmes en M2 qui sont souvent plus théoriques. D’autant plus, ce M1 à vocation professionnelle, comporte quelques cours ultra-théoriques qui n’ont pas leur place (Philosophie du droit). Enfin, quelques cours qui abordent des problématiques intéressantes ne sont pas du tout assurés d’une bonne manière (Ex : contentieux administratif, droit public des affaires, droit européen). Je pense qu'il faut faire un juste équilibre entre la théorie et la pratique.


  • Commentaires généraux

    Globalement, je suis assez satisfait de cette formation. L'organisation des prépros ainsi que la possibilité de réaliser un stage long (+ 2 mois) constitue sa véritable force. Cependant, d'un point de vue théorique, certains aspects sont à revoir comme l'organisation des cours (augmenter le volume horaire des contrats publics et du droit de l'environnement qui n'ont que 10h chacun ; suppression en contrepartie des 20h de philosophie du droit beaucoup trop théoriques). Certains cours devraient être revus, comme le DPA, contentieux administratif afin non seulement d'être plus instructifs, mais aussi servir d'appui à la préparation des prépros, car malheureusement, ces cours ne furent d'aucune utilité.

Évaluation générale - Master 1 Droit Public à Université Jean Monnet Saint-Etienne

7.0710

Moyenne générale

6.710

Pédagogie du programme

5.710

International

7.110

Vie étudiante

8.1310

Réseau et insertion professionnelle

7.710

Retour sur investissement

  • 7.710

    Contenu académique du programme

    Le M1 Droit Public de Saint-Etienne comporte une grande particularité, mais qui fait sa force : c’est que quasiment chaque cours magistral est accompagné d’un module de « pré-pro », qui sont des travaux de groupe sur des dossiers juridiques. Ces séminaires peuvent prendre la forme de plaidoiries orales, de reconstitutions de séances devant un tribunal administratif, devant le conseil constitutionnel, ou encore de rédaction juridique. Cette organisation est tout simplement unique en France. Toutefois, certains cours pèchent au niveau théorique car ils font l’objet d’assez peu d’heures (comme les contrats publics et le droit de l’environnement, qui n’ont le droit qu’à 10h de CM), alors que certains cours ont plus d’heures et n’ont absolument pas leur place.

  • 5.510

    Moyens pédagogiques (bibliothèque, WIFI, locaux)

    Comme beaucoup d’universités, la qualité des locaux n’est pas terrible. Les locaux sont assez vieux par endroit. Cependant, la bibliothèque du campus Tréfilerie est assez moderne.

  • 7.310

    Qualité des professeurs permanents

    Elle est assez variable d’un enseignement à l’autre. Si les CM les plus intéressants furent notamment les contrats publics, l’urbanisme & environnement, le contentieux constitutionnel, le droit des collectivités territoriales, et le droit comparé et furent assurés par des intervenants d’assez bonne qualité. Cependant, il y a 3 cours qui sont très mal assurés : - le droit public des affaires ou l’enseignant se contente de faire un cours très brouillon, non organisé et ultra-théorique. Le cours ne sert quasiment à rien pour l’examen final. Attention, celui qui assurait l’enseignement cette année là dirige également le M2 Contrats Publics, et fait exactement la même chose imbuvable en M2. - Le droit matériel européen : plus de temps est passé à lire des arrêts qu’à avoir des explications concrètes. - La philosophie du droit : dans ce M1 à tendance professionnelle, c’est un intrus total (et il est d’un ennui mortel) car théorique à l'extrême. Le pire, c’est que 20h y sont consacrés alors que d’autres matières plus essentielles font l’objet de moins d’heures !

  • 410

    Qualité des intervenants professionnels extérieurs

    La qualité des intervenants extérieurs n’est pas forcément terrible. Je ne compte pas ici les modules des prépros car ils n’ont pas un vrai rôle opérationnel. En revanche, ce M1 a un point faible, sur une matière pourtant fondamentale faisant intervenir des professionnels : le Contentieux Administratif. En effet, le CM est assuré par un magistrat qui sur une séance de 2h ne fait que lire et commenter un arrêt pendant 1h30, et n’a absolument aucune pédagogie (ce qu’il fait qu’il ne nous apprend rien du tout). A la fin, 2/3 des étudiants n’allaient plus à son cours. Le TD lui consistait tout simplement à lire des plaquettes et à chercher les portées des arrêts (à quelques exceptions rares). L’examen de cette matière est sans doute le plus bizarre que j’ai eu de toute ma vie : une note de rapporteur, qui s’apparente à une note de synthèse avec un corpus d’environ une centaine de pages (qu’il est impossible de lire en entier) et ou vous devez traiter une affaire comme un juge administratif. Similaire à ce qui est demandé lors du concours de magistrat administratif en TA / CAA. Pour les non-initiés, c'est un examen assez difficile.

  • 910

    Contrôle des connaissances, volume et répartition des cours, travail personnel

    En plus des cours théoriques, quasiment chaque cours est accompagné d’un module de prépro d’une durée de 8h. Ces modules comptent dans la notation de chaque semestre, au titre du contrôle continu. Cependant, chaque prépro demande pas mal d’investissement, et le travail n’est pas toujours très clair (surtout que dans un cas, nous avions eu moins d’1 semaine pour la réaliser). Toutefois, ce sont des exercices qui sont intéressants à effectuer. Ce M1 repose à la fois sur le contrôle continu et les examens terminaux (50 / 50). Si le 1er semestre est plutôt équilibré au niveau des journées, le 2nd semestre est assez rude car il ne dure que 8 semaines. Au 1er semestre, certains examens terminaux pour des petites matières étaient réalisés dès le mois d’octobre. Les autres étaient réalisés au mois de décembre. Au 2nd semestre, les examens ont lieu début mars (pas d’examens intermédiaires). Des entrainements à la note de synthèse furent organisés en conditions réelles à 2 reprises par la directrice du M1.

  • 5.710

    Reconnaissance internationale du programme

  • 7.510

    Services aux étudiants (orientation, projet pro., scolarité, etc.)

    Les services de scolarité sont assez bien organisés, mais ils ne sont pas toujours très efficaces. Il y a des services d’orientation, comme dans chaque université qui peuvent vous aiguiller, mais ne vous fiez pas entièrement à eux. Le suivi des anciens étudiants du M1 semble assez évolué, car des statistiques sur les M2 choisis par les étudiants du M1 sont données aux étudiants entrants en début d’année. La directrice du M1 jouant un rôle assez important dans la mise en place du réseau. Au cours de l'année, plusieurs intervenants professionnels sont venus présenter leur métier (Ex : fonctionnaire issu de l'IRA, directeur d'hôpital, etc.), ce qui permet d'aider les étudiants dans leur choix professionnel.

  • 810

    Ambiance, cohésion dans la promo (projets, entraide, loisirs, associations)

    Grâce aux modules de prépros, il y a une ambiance qui se créée avec les groupes. Ce M1 est assez social et un esprit de troupe peut parfois se dégager. Le fait que l'on soit 40 étudiants maximum aide beaucoup à développer une certaine ambiance.

  • 5.810

    Ville étudiante, logement (coût, accès, situation)

    Le logement sur Saint-Etienne n’est pas très cher, ce qui est le gros avantage. Toutefois, il ne s’agit pas vraiment d’une ville étudiante, et il ne s’y passe pas grand-chose. Heureusement, le fait que le M1 soit assez social aide pas mal à se faire quelques relations.

  • 7.510

    Réseau des anciens, contacts professionnels

    Il y a une association des anciens étudiants du M1, qui commence à se développer, mais qui est largement soutenue par la directrice du M1. Les anciens étudiants proposent une intervention de présentation des différents M2 ou ils sont allés. Toutefois, la qualité de cette présentation varie d’une année à l’autre. Certaines offres de stage, voire d’emploi peuvent êtres proposées. Cela est assez variable. Toutefois, les offres sont très orientées vers la région Auvergne-Rhône-Alpes, mais très peu vers l’extérieur, ce qui est dommage.

  • 8.510

    Qualité du directeur de programme et notoriété de la formation

    Le suivi des étudiants est très poussé par la direction de la formation. Chaque étudiant a eu le droit à un entretien individuel avec la direction pour faire le point sur ce qu’ils voulaient faire à l’avenir, et les aider à leur recherche de stage, mais aussi à l'amélioration du CV et/ou de la lettre de motivation. Je ne sais pas si ce M1 est très réputé, en tout cas, l’accès n’y est pas facile (seulement 40 étudiants maximum, dont la quasi-totalité sont stéphanois). Il ne faut surtout pas le sous-estimer car ce M1 peut vous ouvrir les portes de certains M2 assez prestigieux, mais il est nécessaire de bien travailler son année de M1 pour avoir un bon dossier.

  • 910

    Stages et aide à l'insertion professionnelle

    Sans doute ce qui fait aussi sa force, c’est le stage d’une durée assez significative dès le M1 (contrairement à beaucoup d’autres M1 juridiques en France). Le stage est d’une durée minimale de 2 mois (mais possibilité de le prolonger si l’on peut, ce qui est même encouragé par la directrice du M1), et est à effectuer à partir de mi-mars. Il donne lieu à un mémoire de stage sur une mission bien précise, à déterminer entre l'organisme d'accueil, l'étudiant et le référent universitaire (la directrice du M1 insiste bien sur le fait qu'il ne s'agit absolument pas d'un compte rendu, mais bien d'une réflexion sur un sujet mêlant à la fois des éléments de théorie et de pratique rencontrés en stage). Lors de mon année, la notation était la suivante, sachant qu'une moyenne des 3 notes est réalisée, et compte coefficient 3 dans le 2nd semestre : - Mémoire de stage : coefficient 2 ; - Soutenance : coefficient 2 ; - Evaluation du tuteur professionnel : coefficient 1

  • 7.510

    Satisfaction sur le salaire premier-emploi

    Bien que je n'ai pas trouvé directement un emploi après le M1, le fait d'avoir pu effectuer un stage en M1 m'a permis d'obtenir un premier emploi juste après l'obtention de mon M2. De ce fait, la réalisation d'un stage long dès le M1 peut potentiellement vous permettre de décrocher un emploi après la fin du M2 (voir dès le M1 pour quelques chanceux). Toutefois, cela dépend des volontés des structures d'accueil.

  • 7.710

    Êtes-vous globalement satisfait de votre formation ?

    Globalement oui, mais il est assez dommage que la partie théorique n’est pas forcément était à la hauteur de mes espérances sur certaines matières (Ex : DPA, contentieux administratif, droit matériel européen). Cependant, c’est l’esprit de groupe et son aspect pratique qui rendent ce M1 unique.

  • 7.710

    Referiez-vous le même choix de formation aujourd’hui ?

    Oui, mais je souhaiterais que l’on augmente le volume horaire de certains cours (contrats publics, droit de l'environnement), et que l’on supprime en contrepartie les cours entièrement théoriques (comme la philosophie du droit). Par ailleurs, il est indispensable d’améliorer la qualité du cours de Contentieux Administratif, car il fut tout simplement le cours le plus ignoble de l’année. De même que le cours de Droit Public des Affaires, qui fut imbuvable.

Commentaires